L’urbain dans sa sobriété